Comment fonctionne un TPMS ?

Aujourd’hui, la plupart des automobilistes, et même des professionnels de l’automobile voient encore le TPMS comme une énigme. Cependant, depuis le 1er novembre 2014 en Europe, il est obligatoire d’équiper sa voiture de ce système. Étant une nouvelle technologie d’avenir, il est indispensable pour un automobiliste de savoir ce que c’est et comment cela fonctionne. Voici tout ce que vous devez connaître.

TPMS : Qu’est-ce que c’est ?

L’expression TPMS est un sigle anglais qui signifie Tyre Pressure Monitoring System. En effet, le TPMS est un système électronique automatisé de contrôle de pression des pneus. Apparu dès la fin des années 1980, il est entré dans les équipements de série sur certaines gammes de véhicules à la fin des années 1990.

Lire également : 10 voitures vendues à des prix inimaginables !

Ensuite, depuis fin 2014, les voitures dédiées au marché européen doivent être équipées de capteurs de pression TPMS. Le TPMS est devenu obligatoire pour assurer la sécurité des passagers du véhicule, mais aussi par enjeu écologique.

Tout en vérifiant le gonflage des pneus, le TPMS informe l’automobiliste en temps réel de la valeur de pression des pneus. Cette dernière s’observe sur le tableau de bord. Ensuite, à partir d’un voyant, le TPMS signale au conducteur un sous-gonflage ou sur-gonflage des pneumatiques.

A découvrir également : Comment se débarrasser d’une épave de voiture sans la carte grise ?

Par ailleurs, les capteurs de pression TPMS sont classés en deux groupes. Il s’agit des capteurs de pression TPMS direct et indirect. Toutefois, bien que les deux types de TPMS n’aient pas le même fonctionnement, le rôle du TPMS demeure le même. Dès lors que la pression des pneus atteint un niveau inférieur à 25 %, l’alerte est donnée par un voyant.

Fonctionnement du TPMS

Le fonctionnement du TPMS varie selon le type de capteurs qu’il embarque.

Les capteurs de pression TPMS direct

Le TPMS direct est un système direct qui mesure de manière très précise la température interne des pneus et la pression des pneumatiques. Cela est possible grâce aux capteurs électroniques de pression rattachés à la valve des pneus. Par ondes radio, ces informations sont ensuite communiquées aux instruments de bord du véhicule. Lorsqu’il y a donc sous-gonflage, le voyant s’allume au niveau du tableau de bord.

En outre, l’alimentation des capteurs TPMS direct est assurée soit par des piles ayant une durée de vie de 6 à 10 ans, soit par un système à induction électromagnétique. Ce dernier est beaucoup plus fiable, car il permet une grande capacité de transmission de données.

Enfin, lors d’un changement de pneu, il est nécessaire de laisser un professionnel procéder à une maintenance du système TPMS direct. Celui-ci doit être en possession d’équipements adéquats afin de faire la reprogrammation. Cela revient donc plus cher au conducteur.

 Les capteurs de pression TPMS indirect

Comparé au TPMS direct, le TPMS indirect est un système bien plus simple, mais dont la mesure n’est pas très précise. La pression des pneus est calculée en utilisant les informations des capteurs du système antiblocage des roues ou de contrôle de trajectoire (ABS/ESP). En effet, lorsqu’une différence de rotation est observée (+/-supérieure à 20 %), vous êtes averti du problème grâce au voyant qui s’allume sur l’instrumentation du tableau de bord.

Malgré le défaut de réactivité et de précision de ce système, le TPMS indirect revient moins cher au consommateur. C’est ainsi, car lors des changements de pneus, aucune intervention de professionnel n’est nécessaire. Il ne demande pas d’entretien.

Vous savez désormais comment fonctionne un TPMS.