Comment réussir l’application du vernis de carrosserie ?

L’application du vernis de la carrosserie figure dans l’étape finale de la rénovation de la voiture. La finition se traduit généralement par l’application d’une peinture par la protection et la brillance de la carrosserie. Voici les différentes étapes de la réalisation de cette dernière étape.

Vernissage de la carrosserie : le matériel nécessaire

Le vernis pour carrosserie sert à la protection de cette surface mais aussi pour faire briller sa peinture. Fabriqué à base de résine acrylique, il se décline en deux versions : matte ou brillante. Sur le marché, vous pouvez opter pour un vernis mono-couche, qui ne s’applique qu’en une seule couche, ou celui qui requière deux couches. Il existe également plusieurs modèles de vernis :

A lire en complément : 1966 Mercure Cyclone : découvrir cette voiture de légende !

  • le vernis HS classique, où le taux de produits chimiques est moindre. Ce produit améliore la résistance de la carrosserie face aux intempéries et optimise sa brillance ;
  • le vernis mat;
  • le vernis anti-rayure qui propose une haute protection contre les agents chimiques, les rayons UV et l’abrasion ;
  • le vernis UHS brillant, apprécié pour être écologique ;
  • le vernis à séchage air pour les petites réparations ;
  • le vernis à séchage rapide.

Pour ce qui est des équipements nécessaires à la réalisation des travaux de vernissage, on retrouve :

  • les lunettes, gants et masque de protection;
  • l’adhésif;
  • le pistolet de peinture;
  • le diluant;
  • le durcisseur.

Etape 1 : la préparation des peintures de base

La première étape du processus de vernissage commence avant même l’application du vernis. Vous devez travailler correctement les sous-couches de peinture pour obtenir un résultat de vernissage optimal sur la pièce. Ainsi, effectuez un ponçage, un lustrage et un nettoyage préalable de la surface à traiter. Assurez-vous de laisser la surface bien propre et débarrassée de toute saleté ou impuretés.

A lire en complément : Quelles seront les voitures à la mode en 2021 ?

Attention toutefois, n’éliminez pas trop de micronage de couche. Cela risque d’influencer grandement sur l’ancrage du vernis. Vous évitez alors les risques d’apparitions ultérieures des défauts de peinture ou de marques sur la carrosserie.

Etape 2 : mélange du vernis et de la viscosité

Il s’agit ici de procéder au mélange du vernis, du durcisseur et du diluant. La proportion de chaque produit doit être particulièrement pensée et mesurée afin d’obtenir la viscosité convenable à l’application du produit. Généralement, ce rapport de mélange est stipulé au préalable dans la fiche technique délivrée par le fabricant. Les instructions sont déjà indiquées. A noter qu’un bon mélange vous permet d’augmenter les performances du vernis sur divers points notamment son temps de séchage, sa fluidité et sa finition finale.

La formule idéale de mélange est le suivant : pour deux parties de vernis, ajoutez une partie de durcisseur et entre 0 à 5% de diluant. Obtenez par ailleurs un rapport de mélange exact en vous référant à la balance de précision et d’autres accessoires comme les godets gradués.

Etape 3 : vérification de la température du vernis et de la température d’application

Etape préalable à l’application, pensez au contrôle de la température du vernis ainsi que celle des durcisseurs et des diluants. C’est alors que le vernis doit toujours être à température ambiante, soit entre 20-25°C. Toutefois, force est de constater que ce degré normal va dépendre du type de vernis et des instructions indiquées par son fabricant.

En plus de la température des produits à utiliser, pensez également à la température de la pièce. Celle-ci aura également une influence directe sur les résultats de finition. Ainsi, des températures extrêmes auront pour conséquence divers défauts de peinture comme l’apparition des microbulles ou les voilages. C’est alors que la température idéale pour le processus de vernissage dans la cabine doit être comprise entre 20 et 23°C.

Etape 4 : réglage du pistolet

Selon les indications de la fiche de technique du vernis opté, votre pistolet de peinture doit être configuré en pression et en ouverture de buse. Cet équipement doit être réglé de sorte à ce que le flux de produit prenne la forme d’un éventail, avec des couches fines, étendues et uniformes.

Etape 5 : l’application du vernis

Lors de l’application du vernis de carrosserie, veillez à être régulier dans vos gestes. Vous devez éviter toute surcharge de la pièce à vernir. En effet, certains éléments sont particulièrement sensibles à la surcharge de produit, notamment les pièces orientées verticalement. Un excès de vernis entraine indéniablement des coulures de vernis et alors une mauvaise finition.

Ainsi, l’application du vernis doit toujours se faire en linéaire. Gardez la vitesse et la distance d’application du pistolet adéquates par rapport à la surface. Pour le vernissage d’une grande pièce, optez pour un vernissage par sections, vous éviterez une surcharge de produit sur les bords et les zones périphériques. Hormis les vernis mono-couches, la première application du produit doit être plus légère et plus fine. Tandis que la seconde couche sera plus chargée en produit pulvérisé, avec une vitesse d’application plus lente.

Etape 6 : le nettoyage des matériels

Afin de minimiser les erreurs et les défauts de peinture lors de la finition, vous devez réaliser un nettoyage périodique de vos équipements d’application de peinture. Sont concernés le compresseur, le pistolet ou encore la ligne d’air comprimé. Ces séances de nettoyage en profondeur vous permettent non seulement de fournir un travail plus ordonné et plus sûr, mais aussi de vous assurer d’aucune apparition de défauts comme les cratères ou les bulles.