Optimisez les performances de votre voiture : la reprogrammation du moteur

La reprogrammation moteur a de plus en plus la cote auprès des automobilistes français. À en croire ceux qui ont déjà sauté le pas, elle est la promesse d’un gain de performances significatif pour l’auto lorsqu’elle est réussie. Nous pouvons y ajouter la baisse de la consommation du carburant ainsi que les émissions polluantes. En quoi consiste la reprogrammation moteur d’un véhicule plus exactement ? Nous faisons le point sur cette méthode.

En quoi consiste la reprogrammation du moteur ?

Aussi appelé « chip-tuning » qui signifie littéralement « modification par puce électronique », il s’agit d’une opération permettant l’optimisation des paramètres constructeurs situés dans le calculateur moteur. Comme on peut le lire sur motortech-performance-reims.fr, seuls un motoriste chevronné ou un spécialiste de la reprogrammation moteur compétent peuvent l’effectuer. Pour information, le calculateur ou ECU (Engine Control Unit) est un module qui gère le bon fonctionnement du moteur en fonction d’une cartographie prédéfinie par les ingénieurs motoristes du constructeur. Lors du chip-tuning, le motoriste se charge de revisiter cette cartographie par défaut pour ainsi modifier la façon dont l’ECU pilote le moteur.

A voir aussi : La polémique autour de Peugeot et sa décision de ne pas revenir à Sochaux

On distingue deux types de reprogrammation moteur. Le premier est connu sous le nom de reprogrammation à la chaîne. C’est une méthode standardisée qui est relativement moins onéreuse et risquée. Dans le cadre de celle-ci, le motoriste troque le programme par défaut implémenté dans le calculateur par un fichier standardisé sans diagnostiquer préalablement l’automobile. Le risque de sous-optimisation ou de suroptimisation est alors conséquent, car les caractéristiques du véhicule ne sont pas prises en compte.

Le second consiste quant à lui à reprogrammer le moteur sur mesure et dans la limite des tolérances du constructeur. Le motoriste diagnostique le véhicule sur un banc d’essai afin d’en évaluer la performance actuelle (puissance et couple). À partir des données ainsi obtenues, il développe un programme personnalisé qui viendra remplacer celui à l’intérieur de l’ECU. Il soumet l’automobile à une série de tests une fois ce nouveau logiciel mis en place. Son but est de vérifier que tout s’est déroulé comme prévu. Le moteur en ressort optimisé au meilleur de sa capacité. Le chip-tuning sur mesure peut de plus se faire de manière plus approfondie. On parle dans ce cas de :

A lire aussi : La Volvo XC60 est polyvalente, puissance et dynamique

  • reprogrammation stage 2 : le motoriste procède en plus à la modification et à l’optimisation de certains composants mécaniques externes, comme l’admission d’air ou l’échappement…,
  • reprogrammation stage 3 : dans le cas présent, les modifications qui s’opèrent sont plus poussées puisqu’au-delà de celles du chip-tuning phase 2, l’expert remplace certaines pièces du moteur, dont le turbocompresseur, les injecteurs, les pistons, la pompe à essence.

Tout cela nécessite des connaissances poussées en mécaniques, c’est pourquoi vous devez confier votre voiture à un professionnel spécialisé en reprogrammation moteur.

reprogrammation moteur

Les avantages d’une reprogrammation de votre moteur

L’engouement croissant des automobilistes pour le chip-tuning s’explique par les différents avantages qui en découlent. Le tout premier argument en sa faveur tient au gain de performances de l’auto, surtout lorsqu’il est réalisé de manière sur mesure et avec minutie. Le nouveau programme mis en place dans le calculateur va permettre au moteur de délivrer davantage de couple et de puissance. Plus précisément, il modifie la thermodynamique du moteur et lui fait profiter d’un gain de puissance entre 10 et 30 %, soit 10 à 50 chevaux supplémentaires. Le calculateur va alors offrir au moteur le meilleur de son potentiel sans pour autant effectuer des efforts thermiques et mécaniques importants.

Les limites de tolérance imposées par le constructeur ont bel et bien été respectées et le moteur conserve toute sa fiabilité. Qui dit moteur performant, dit voiture moins gourmande en carburant. Il sera moins sollicité aussi bien durant l’accélération qu’au moment où le véhicule franchit une côte. Cela entraînera un gain de carburant qui peut grimper jusqu’à 10 %, soit 1 litre par 100 km. Les émissions polluantes sont minimisées par la même occasion. Le véhicule multiplie dans ce cas ses chances de passer haut la main le contrôle technique périodique s’il a déjà 4 ans. Par ailleurs, la reprogrammation moteur améliore la sensation de conduite et l’adapte aux habitudes de l’automobiliste.

Le coût de la reprogrammation moteur

Il a été constaté que pour une reprogrammation simple, un automobiliste doit compter entre 400 et 2 500 €. S’il mise en revanche sur un chip-tuning plus approfondi, les tarifs peuvent aller jusqu’à 5 000 € selon l’ampleur des modifications. Dans tous les cas, un propriétaire d’une voiture dont le moteur a fait l’objet d’une reprogrammation phase 2 ou phase 3 doit accomplir une démarche d’homologation auprès de la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Après avoir validé sa demande, cette dernière lui délivre une RTI (réception à titre isolé). Il faut savoir que cette formalité coûte entre 100 et 500 €. Le conducteur doit aussi prendre en considération le prix du nouveau certificat d’immatriculation à réaliser ainsi que des éventuels suppléments exigés par son assureur.